Coupe du monde : le Brésil et la Suisse passent en huitièmes de finale

Il aura fallu trois matchs pour que les Brésiliens entrent véritablement dans cette Coupe du monde, pour qu’ils proposent, pendant quatre-vingt-dix minutes, un jeu qui ne soit pas seulement fait d’approximations et de tentatives solitaires de joueurs stars mais maladroits.

Peut-être est-ce l’enjeu – une défaite interdite – qui a poussé Neymar et ses amis à sortir de leur torpeur face aux Serbes. Dès le début du match, ils ont imprimé un rythme que leurs rivaux ne pouvaient pas suivre, et ce malgré la sortie rapide par blessure du latéral Marcelo.

L’ouverture du score, c’est encore le meneur Philippe Coutinho qui la créera. Une passe sublime déposée dans la course de Paulinho, derrière la défense serbe, donne au Brésil son premier but marqué lors d’une première mi-temps de ce Mondial.

Malgré un réveil de quinze minutes après la mi-temps, amené notamment par Milinkovic-Savic, les Serbes reviennent rapidement sur terre, façon de dire que leur jeu retombe dans la surprenante lenteur qui l’a caractérisé pendant la majorité de la rencontre.

Sans pousser, ou même se montrer trop dangereux à part des escapades trop solitaires de Neymar, le Brésil fait le break sur un coup de pied arrêté. Un corner de Neymar pour la tête de Thiago Silva donne un but 100 % PSG, mais aussi l’occasion pour les deux hommes de se réconcilier publiquement après leurs échanges de mots pas si doux d’entre-deux-matchs.

Rassuré sur son jeu et sa capacité à tenir la longueur, rassuré aussi sur Neymar et sa propre capacité à participer au jeu collectif, le Brésil part vers les huitièmes de finale à la rencontre du Mexique, un adversaire qu’il connaît bien. La Suisse, tenue en échec par une équipe du Costa Rica déjà éliminée, se contente de la deuxième place et de la Suède.

Le Monde