Coupe du monde: La Croatie bat l’Angleterre et rejoint la France en finale

La Croatie défiera la France en finale de la coupe du Monde dimanche prochain. Les coéquipiers de Luka Modric sont venus à bout de l’Angleterre, mercredi soir à Moscou (2-1). Et comme face au Danemark et à la Russie, ils ont dû disputer une prolongation après avoir été menés au score. Le héros du soir se nomme Mario Mandzukic, buteur au bout du suspense.

La France connait son adversaire et il s’agira de la Croatie. Complètement dépassés pendant une heure, les joueurs de Zlatko Dalic ont finalement renversé l’Angleterre (2-1) à Moscou, en demi-finale du Mondial. Incapable de faire le jeu, privé de la relation technique de Luka Modric et Ivan Rakitic, la Croatie s’en est remise à son cœur et il est immense. Grâce à Ivan Perisic et Mario Mandzukic et au terme d’une troisième prolongation consécutive, la voilà qui jouera dimanche la première finale de Coupe du monde de son histoire.

Perisic, le détonateur du renouveau croate

L’Angleterre se demandera sans doute encore longtemps comment un tel scénario a bien pu se produire. A la mi-temps du temps réglementaire, la maitrise des Three Lions était telle que l’on ne voyait pas comment la Croatie, inoffensive jusqu’ici, allait bien pouvoir changer le cours de la rencontre. C’était oublier un peu vite que les joueurs de Gareth Southgate avaient complètement oublié de se mettre à l’abri. Pourtant, le coup franc magnifique de Kieran Trippier (5e, 1-0) avait lancé les Anglais sur une voie royale.

Mais, à l’image d’un Harry Kane inefficace (30e) et globalement décevant, l’Angleterre n’a pas su faire le break, malgré les énormes difficultés de la défense croate, Domagoj Vida en tête. A force de ne pas jouer, les Three Lions ont fini par redonner espoir à la Croatie mais aussi et surtout des espaces à Perisic. En l’absence alors d’impact du duo Modric-Rakitic, bien pris par le pressing anglais, le joueur de l’Inter est sorti de sa boîte pour changer le cours du match. Si sa première occasion a été contrée par Walker (64e), ce n’était que partie remise.

Walker-Stones, duo coupable

Quatre minutes plus tard, profitant de la première absence d’un Kyle Walker trop passif, Perisic a devancé le Citizen pour tromper Jordan Pickford (68e, 1-1). Un but libérateur pour les Croates, boostés et passés tout près quelques instants plus tard de prendre l’avantage sur une nouvelle tentative de l’Intériste, sur le poteau cette fois (71e). Mais ni Mandzukic (82e) ni Lingard (75e), ni même un Kane qui a gâché une ultime grosse opportunité (92e) n’ont su empêcher une troisième prolongation consécutive pour les Croates.

Lorsque les Anglais ont repris le contrôle du jeu dans la prolongation et que Stones a vu sa tête sauvée sur la ligne par Vrasljko (99e), on les pensait revenu dans le match. Ce n’était alors que les prémices de la chute anglaise. Après un premier exploit devant Mandzukic (105+2e), Pickford n’a rien pu faire quelques minutes plus tard devant l’attaquant de la Juventus, qui a profité d’une grosse erreur de marquage de Stones (108e, 2-1). Un ultime coup de poignard dont les Anglais ne se relèveront jamais. Vingt ans après leur élimination en demi-finale face à la France après avoir mené, les Croates ont écrit ce mercredi la plus belle page de leur histoire à Moscou. En attendant pourquoi pas d’en écrire une encore plus belle dimanche face aux Bleus.

Eurosport