Aliou Sow : “Qu’il pleuve ou qu’il neige, j’irai à l’Assemblée”

Aliou Sow est décidé à faire face au Parti démocratique sénégalais. “Qu’il pleuve ou qu’il neige, j’irai me faire installer dans mes nouvelles fonctions de député du Sénégal à l’Assemblée nationale conformément à la décision prise par le bureau de l’Institution compétente en la matière.

Que cela déplaise à mes adversaires de tous les temps ou leur sous-groupe de petits intellos peu connus qui cherchent à se faire un nom sur les cendres de l’objectivité scientifique et de l’honnêteté intellectuelle”, dit-il dans un entretien avec “Enquête”.

Le Pds avait sorti un communiqué récemment pour dire que le poste laissé vacant à l’Assemblée nationale après la démission d’Ousmane Ngom revient à Mamadou Lamine Keita et non à Aliou Sow puisque ce dernier à démission de leur formation politique. Réponse d’Aliou Sow : “l’Assemblée nationale compétente en la matière n’a pas dit cela. Ma profonde conviction est que nul n’est censé mieux connaître qu’elle son propre règlement intérieur ou la constitution du Sénégal. Je suppose qu’elle a également pris toutes les dispositions nécessaires.

Vous n’allez pas tenter tout de même d’apprendre au président Moustapha Niasse qui a organisé l’audience entre mon maître en politique et le président Senghor pour la création du Pds, comment se conformer à la loi encore moins comment traiter avec les acteurs politiques et les institutions de son pays !”.

S’il a décidé de siéger à l’Assemblée nationale, jure-t-il, ce n’est pas par intérêt matériel. “Enseignant-chercheur de rang A, pour les politiciens qui ne voient qu’intérêts matériels et financiers quand on parle de fonctions à occuper, qu’ils sachent qu’il me reste 25 ans de carrière professionnelle pour faire valoir mes droits à la retraite.

Mon salaire de maître de conférences du Cames qui va passer Professeur assimilé avec la nouvelle loi sur la réforme des titres, est presque le même que celui du député simple et sans heure complémentaire en me limitant à mes obligations horaires de 5 heures par semaine.

Cela, sans parler de mes activités de prestations intellectuelles en termes de conseils et de facilitation que je mène actuellement sur l’international dans le domaine de la décentralisation et du développement local qui m’ont fait visiter une quinzaine de pays depuis 2012. Je vais y renoncer en devenant député alors qu’aucune d’elles ne me rapporte moins de 500 dollars jour en dehors du Sénégal. Les documents qui l’attestent sont en ma possession pour qui en doute”, fait-il remarquer.

Seneweb