Côte d’Ivoire: le RDR prêt à créer un parti unifié sans le PDCI

En Côte d’Ivoire, le RDR, le parti présidentiel a, lors d’un bureau politique ce lundi 9 juillet, appelé à la mise en place « rapide » du parti unifié en vue de la présidentielle de 2020. Cette question empoisonne les relations entre le président Ouattara et son allié du PDCI, le parti d’Henri Konan Bédié au sein de la coalition au pouvoir, le RHDP.

Le premier souhaite voir fusionner tous les partis de la coalition au pouvoir avant la présidentielle et organiser une primaire pour désigner leur champion. Le second a renvoyé son adhésion au parti unifié à après la présidentielle, réclamant au préalable que le RDR soutienne un candidat issu des rangs du PDCI en 2020, ce que son allié refuse.
Malgré l’intransigeance du PDCI, le RDR souhaite avancer sur la question du parti unifié. Et dès l’ouverture du bureau politique sa secrétaire générale Kandia Camara a donné le ton. « Tous les partis politiques adhérents au groupement politique RHDP ont adoptés les statuts et règlements intérieurs du parti unifié à l’exception du PDCI-RDA qui a reporté l’examen desdits textes après 2020. Au vu de toutes ces informations l’on peut affirmer que les conditions pour la convocation de l’Assemblée générale constitutive du parti unifié RHDP sont réunies », a-t-elle expliquée.

Cette assemblée générale constitutive, dont la date n’est pas encore fixée, doit mettre en place les structures du parti unifié et ouvrir une période de transition de 12 à 18 mois au cours de laquelle les partis vont s’auto-dissoudre pour rejoindre le RHDP unifié.

Les membres du bureau politique du RDR ont aussi demandé à ce que le président Alassane Ouattara se porte candidat à la présidence de ce futur parti unifié.

A l’exception du PDCI, toutes les petites formations politiques de la coalition au pouvoir ont accepté cette fusion, même si cela a provoqué des scissions au sein de certaines d’entre elles. « Le président Alassane Ouattara a clairement dit que l’on irait au parti unifié avec les partis qui le voudront, c’est une adhésion libre », a précisé lors d’une conférence de presse Mamadou Touré, le porte-parole du RDR.

En voulant aller vite à la création du parti unifié, le RDR renonce donc de fait à son allié du PDCI et poids lourd de la coalition. Mais il ne devrait pas pour autant renoncer à toutes les personnalités du parti d’Henri Konan Bédié. En effet, le 3 juillet, à la veille de la dissolution du gouvernement, plusieurs ministres PDCI ont participé au lancement d’un mouvement dissident prônant la création rapide du parti unifié, comme le souhaite le président Ouattara.

rfi