Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang YI, était, vendredi 4 janvier, au Burkina Faso où il a promis le soutien de la Chine aux pays du G5 Sahel. Même si les sujets tels que la santé, l’agriculture, les infrastructures routières ou encore éducation étaient au cœur des échanges avec son homologue burkinabè, la question sécuritaire a occupé une place importante.

Sept mois après la reprise des relations diplomatiques entre la Chine et le Burkina Faso, beaucoup de progrès ont été réalisés, selon Alpha Barry, ministre burkinabè des Affaires étrangères.

Le chef de la diplomatie chinoise a, quant à lui, rappelé l’engagement de son pays à son soutenir le Burkina Faso dans son développement et cette visite du chef de la diplomatie chinoise a été l’occasion, pour le Burkina Faso, de rappeler ses priorités, à savoir « les questions de défense et de sécurité, les infrastructures sociales, notamment scolaires et de santé. En attendant, nous avons eu quelques bonnes nouvelles, avec le ministre Wang Yi, à savoir l’appui de la Chine au G5 Sahel, notamment une somme de 300 millions de yuans », a souligné Alpha Barry.

Face à la menace terroriste qui gagne du terrain dans la région sahélienne, Wang YI, ministre des Affaires étrangères et conseiller d’Etat chinois a expliqué que l’aide militaire promise aux pays africains est en voie de livraison.

« Les premiers matériels de l’aide militaire sont déjà acheminés en Afrique. Nous apprécions hautement les efforts précieux déployés par le G5 Sahel, y compris par le Burkina Faso », a-t-il déclaré.

Le chef de la diplomatie chinoise promet que son pays suivra de très près la situation sécuritaire sur le continent et, en fonction des besoins, il réagira.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *