«Pas de plan B» pour la CAN 2019, assure Ahmad au Cameroun

La Confédération africaine de football (CAF) « n’a jamais réfléchi à un retrait de la CAN au Cameroun » et « n’a pas de plan B », a assuré le patron de la CAF, Ahmad, à l’issue d’une visite éclair à Yaoundé, durant laquelle il a rencontré le chef de l’Etat camerounais Paul Biya.

Quatre jours après des déclarations peu rassurantes pour le Cameroun, le président de la Confédération africaine de football (CAF) est venu discuter de la tenue de la Coupe d’Afrique des nations 2019 au pays de Paul Biya. Le chef de l’Etat, qui brigue un 7e mandat le 7 octobre 2018, a ainsi reçu le patron de la CAF, ce 2 octobre à Yaoundé, à cinq jours de la présidentielle. « C’est une visite de courtoisie qui devait se tenir depuis longtemps », a tout d’abord assuré Ahmad, remerciant au passage la superstar du foot Samuel Eto’o, qui a facilité cette entrevue entre les deux dirigeants.

A l’issue d’un entretien d’une heure, Ahmad s’est montré apaisant au sujet de la tenue de la pahse finale sur le sol camerounais, du 15 juin au 13 juillet. « La CAF n’a pas de plan B et la CAF n’a jamais réfléchi à un retrait de la CAN au Cameroun », a indiqué le patron du foot africain avant d’ajouter une phrase beaucoup plus ambiguë. « C’est le Cameroun qui accueille cette compétition et c’est le Cameroun qui pourra nous dire demain « On est prêts », « Ah non, donnez-nous le temps, on n’est pas prêts ». Ça dépend du Cameroun ».

Paul Biya: «Le Cameroun sera prêt à l’instant T»

Ahmad a profité de sa rencontre avec Paul Biya pour dresser un état des lieux des choses restant à faire. « Et ça, ce n’est pas pour compliquer les choses, a souligné le successeur d’Issa Hayatou, défendant ses exigences quant à la qualité et au standing du tournoi. C’est pour protéger nos joueurs et pour l’avenir de la Coupe d’Afrique des nations. Imaginez que demain, ces joueurs-là ne viennent même plus en Afrique ! »

Au Cameroun, les autorités ont mis les bouchées doubles ces derniers mois pour répondre au cahier des charges de la CAF, notamment dans la construction et la rénovation des stades. Mais cette dernière a jeté un froid le 27 septembre en annonçant qu’un « retard important dans la réalisation des infrastructures » avait été constaté et que « la décision finale [sur la CAN 2019 au Cameroun, Ndlr] sera rendue fin novembre », après de nouvelles visites d’inspection.

Paul Biya a donné « l’assurance que le Cameroun sera prêt à l’instant T ». Mais un report de deux ans reste envisageable. Le Cameroun peut le demander à la CAF. Il faudrait toutefois que la Côte d’Ivoire (hôte de la CAN 2021) ainsi que la Guinée (organisatrice de la CAN 2023) l’acceptent. Et qu’un des pays capables d’accueillir la CAN 2019 au débotté – Afrique du Sud ? Egypte ? Maroc ? – se lance…

rfi